Un peu d’humour

 

Quelques dictons qui datent un peu (plus de 20 ans déjà) mais qui sont toujours d’actualité 😉

bege_humour

Les vrais programmeurs

  • Les vrais programmeurs ne commentent jamais leurs programmes : comme un programme est difficile à écrire, il doit être difficile à modifier
  • Les vrais programmeurs ne lisent jamais les manuels d’utilisation : faire confiance à ce genre de documentation est un signe de lâcheté et d’absence de confiance en soi
  • Les vrais programmes des vrais programmeurs ne marchent jamais du premier coups : mais ces programmes peuvent être modifiés pour fonctionner normalement après seulement une trentaine d’heure de débogage.
  • Les vrais programmeurs ont horreur de la programmation structurée : la programmation structurés est faite pour les névrosés contrariés qui nettoient leur bureau, taillent leurs crayons, rangent leurs affaires et rentrent à l’heure pour manger.
  • Les vrais programmeurs ne travaillent jamais de 9 heures à 18 heures : si un quelconque vrai programmeur est devant sa machine vers 9 heures du matin, cela signifie qu’il y a passé la nuit.
  • Les vrais programmeurs n’aiment pas la programmation en équipe : … à moins qu’ils soient le chef.
  • Les vrais programmeurs n’utilisent pas de générateurs d’applications ou de programmes : les outils de ce genre sont faits pour les assistés ou les fainéants.
  • Les vrais programmeurs n’écrivent pas en Basic : en réalité, aucune personne normalement constituée ne programme plus en Basic après avoir atteint la puberté.
  • Les vrais programmeurs n’écrivent pas en Fortran : le Fortran est fait pour les ingénieurs en cravate et en chaussettes blanches qui prennent leur pied en faisant de l’analyse statistique ou des simulations de réacteurs nucléaires.
  • Les vrais programmeurs n’écrivent pas en Cobol : le Cobol est fait pour les octogénaires qui continuent à programmer sur du papyrus.
  • Les vrais programmeurs n’écrivent pas en Lisp : car seuls les programmes en Lisp contiennent plus de parenthèses que de code.
  • Les vrais programmeurs n’écrivent pas en  Pascal, C, Bliss, Ada ou autre clone qui demande plus à taper le programme qu’à réfléchir.
  • Les vrais programmeurs détestent encore plus HTML : ce langage que même les Macintosh comprennent et qui est destiné à des non-programmeurs afin de leur donner l’impression qu’ils sont de vrais programmeurs.
  • Les vrais programmeurs n’aiment pas Microsoft : pour eux, Windows est un jeu d’aventures au scénario bien faible dans lequel on est toujours perdant, inconvénient qui était inexistant, même sur les Commodore 64, alors qu’ils n’étaient pas entre de vrais programmeurs.

Les sept lois de la programmation

  • Première loi : tout programme, quel qu’il soit, est obsolète dés qu’il est commercialisé.
  • Deuxième loi : tout nouveau programme coûte plus et est plus lent que l’ancien.
  • Troisième loi : si un programme est utile, il devra être rapidement remplacer par un autre.
  • Quatrième loi : si un programme est inutile, il faudra lui faire une documentation et le généraliser à tous les utilisateurs.
  • Cinquième loi : la complexité d’un programme s’accroît jusqu’à ce qu’elle dépasse les capacités du programmeur qui en assure le développement.
  • Sixième loi : tout programme, lors de son lancement, aura tendance à remplir toute la mémoire disponible.
  • Septième loi : la valeur d’un programme est inversement proportionnelle à la taille des documents qu’il génère.

Dictons

  • Si l’on ajoute un homme à un projet en retard, cela ne fera qu’ajouter du retard au projet
  • Ce n’est qu’après avoir essayé tout le reste qu’on lit la documentation. Et c’est à ce moment-là qu‘on se rende compte qu’on l’a jetée avec l’emballage.
  • La fonction  » Annuler  » n’est jamais disponible quand vous en auriez besoin.
  • Un programme informatique fait ce que vous lui dites de faire, pas ce que vous voudriez qu’il fasse.
  • Un projet préparé sans soin prendra trois fois plus de temps que prévu pour son achèvement. Un projet préparé soigneusement prendra seulement deux fois plus de temps.
  • La complexité d’un programme croîtra jusqu’à ce que le programmeur lui-même n’y comprenne rien.
  • C’est généralement lorsque le disque dur plante qu’on se rend compte qu’on a oublié de sauvegarder son fichier. Sinon, c’est en sauvegardant qu’on l’a fait planter.
  • Les ordinateurs accomplissent plus de travail que les humains. L’une des raisons est qu’ils n’ont pas, eux, à s’arrêter pour répondre au téléphone (ou à répondre aux mails).
  • Ce n’est que lorsqu’un programme est commercialisé que les plus graves erreurs sont détectées.
  • Les ordinateurs sont très bêtes, mais très rapide. Les hommes sont très futés, mais très lents. A eux deux, ils forment un couple idéal.
  • Pour savoir combien de temps sera nécessaire à l’écriture et au débogage d’un programme, faites votre estimation la plus fiable, ajoutez un, multipliez par deux et arrondissez à la dizaine supérieure.
  • Sur une installation de test fonctionne parfaitement, tous les systèmes qui en dépendent vont planter.
  • A la source de chaque erreur imputée à l’ordinateur, on découvrira au moins deux erreurs humaines (on compte ici l’erreur qui consiste à imputer la faute à l’ordinateur).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s