Les lois universelles de l’informatique

Lors d’une conférence USI (Unexpected Sources of inspiration) en 2011, Ludovic Cinquin a fait une intervention très intéressante sur les lois universelles en informatique. Vous trouverez son intervention ici :

Ces lois sont les suivantes :

Loi n°1 – Loi de Moore (1975)

Le nombre de transistors sur une puce de silicium double tous les dix-huit mois ou tous les deux ans.

Corollaire :

Les ressources informatiques doublent leur capacité tous les dix-huit mois.

La technologie est en évolution permanente, ce qui impose de revoir en permanence les modèles sur lesquels nous travaillons.

Loi n°2 – Loi de la gravitation communicationnelle de Thomas Allen (1984)

L’efficacité de la communication diminue de façon exponentielle avec la distance physique entre les personnes.

Si un poste un travail est séparé de 10 mètres d’un autre, il y a une chance sur 10 que les deux collèges communiques entre eux.

Loi n°3 – Loi de Parkinson (1958)

Le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement.

Un projet où il a été dit qu’il sera livré dans un an, n’a aucune chance d’être livré avant.

Loi n°4 – Loi de Little (1961)

Le délai est proportionnel à l’en-cours de travail et à la durée de cycle de sa livraison.

Une méthode très efficace: vous prenez tout ce que vous avez à faire en ce moment, vous en mettez la moitié à la poubelle et vous vous concentrez sur le reste.

Loi n°5 – Loi de Meskiman (?)

On a jamais le temps de bien faire les choses, mais toujours le temps de les refaire.

La qualité n’est pas négociable. Si on commence à transiger sur la qualité d’un code, on aura de la dette qu’on aura à payer plus tard (avec les intérêts!)

Loi n°6 – Loi de Brooks (1975)

Ajouter des personnes à un projet déjà en retard accroît ce retard.

Le postulat est que la plupart des tâches ne sont pas partitionnables et que les nouveaux arrivants vont faire perdre du temps aux équipes en place en temps de communication.

Loi n°7 – Loi de Conway (1968)

Les organisations qui conçoivent les systèmes sont contraintes de produire des modèles qui sont des copies de leur propre structure de communication.

Ce qui fait l’efficacité de ce qui est produit, c’est de travailler sur l’organisation et la culture.

Enfin on aurait pu ajouter la loi le plus connu en informatique:

Loi n°8 – La loi de Murphy (1947)

Tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera nécessairement mal

ou une variante:

S’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu’un quelque part pour emprunter cette voie.

On peut prendre cette loi à la lettre, et la considérer comme un constat, « le pire est toujours certain », et plus familièrement, c’est la  « loi de l’emmerdement maximal ». Mais on peut aussi considérer la loi de Murphy comme invraisemblable, mais on conçoit tout système comme si la loi était vraie. Elle justifie donc les principes de la conception sécuritaire préconisant de planifier et d’éliminer d’emblée les possibilités de mauvaise utilisation.

Maintenant que vous connaissez ces lois, vous pourrez réussir vos projets !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s