Pourquoi l’Open Source?

open-source-logoLe logiciel open source, à la différence des logiciels propriétaires, est un logiciel qui maintient le code ouvert afin que les professionnels de l’informatique puissent modifier, améliorer et distribuer. Bien qu’il soit apparu relativement tôt dans l’histoire de l’informatique, ce n’est que ces dernières années que l’open source a vraiment pris son envol, dans ce que certains pourraient voir comme un exemple étonnant d’une collaboration réussie entre programmeurs.

L’open source a déjà investi tous les grands domaines du système d’information aussi bien des administrations et que des grandes entreprises : environnements serveurs, domaines applicatifs, outils d’ingénierie, solutions de réseaux et sécurité. Les solutions open source sont désormais au même rang que les solutions propriétaires. Les décideurs effectuent de plus en plus leur choix en comparant systématiquement solutions propriétaires et solution libres.

Histoire entre libre et ouvert

Les ordinateurs des années 1960 étaient livrés avec des logiciels accompagnés de leurs sources que les clients pouvaient modifier à leur convenance.

La désignation open source a été suggérée en 1998 afin de lever l’ambiguïté de l’expression anglaise free software. En effet, free possède deux signification : libre et gratuit. Cette nouvelle désignation permet de rappeler aux utilisateurs et aux entreprises qu’un logiciel a un coût. L’emploi des termes logiciel libre et open source de manière interchangeable est courant dans les médias, les licences d’utilisation étant souvent les mêmes et les développeurs ne se souciant pas toujours de la distinction.

Mais qu’est-ce qu’une licence ?

Une licence de logiciel est un contrat par lequel le programmeur définit les conditions d’utilisation de son logiciel, comment il peut être utilisé, diffusé ou modifié par son exploitant ou utilisateur.

Le monde du logiciel libre ou open source a inventé plus d’une centaine de licences différentes. Beaucoup sont proches les unes des autres, certaines sont compatibles entre-elles, d’autres présentent de véritables différences philosophiques.

Avant de choisir un logiciel open source il est important de vérifier sous quelle licence celui-ci a été publié par son auteur.

Copyleft or not, that’s the question

Comme le rappelle Odile Bénassy dans le JDN, il est important de faire la différence entre les licences libres et celles qui ne le sont pas, copyleft ou pas: cette clause où l’auteur autorise le développeur à utiliser, modifier, distribuer un logiciel à condition de conserver des termes analogues à la licence, et même en général de conserver la même licence. Une nuance qui fait toute la différence, notamment pour les éditeurs de logiciel.

C’est ce qu’on nomme l’effet contaminant d’une licence. Un éditeur qui intègre une librairie de programmation éditée en GPL version 2 doit obligatoirement publier son logiciel sous la même licence, et donc publier ses sources, ce qui est plutôt contraignant pour un éditeur de logiciel prioritaire ! Rédhibitoire pour beaucoup d’entreprises, ce qui pousse de plus en plus d’éditeur à fonctionner en double licence : le logiciel est à la fois édité en GPL pour la communauté et en licence commerciale pour les entreprises.

On voit aussi apparaître également une double licence entre licences libres : des projets dont certains composants sont développés sous licence GPL, d’autres parties sous licence MIT, plus permissive, selon la sensibilité de tel ou tel développeur. Ces différentes sensibilités voire approches philosophiques du développeur expliquent aussi l’explosion du nombre de licences. Chacun veut créer la licence qui correspond le mieux à ses objectifs métiers, ses règles morales, ses opinions politiques, ou de son organisation.

Voici un récapitulatif de quelques licences open source, avec la clause copyleft ou non:

  • GPL (GNU General Public License): Copyleft ; C’est la plus connue par les développeurs ; c’est aussi une licence contaminante : tout logiciel embarquant du code GPL devient GPL; GNU GPL existe en v2 et v3, ainsi qu’en plusieurs déclinaisons comme la LGLP moins contraignante.
  • LGPL (GNU Lesser General Public License): Non copyleft ; licence identique à GPL sans son caractère héréditaire;
  • MIT (Massachusetts Institute of Technology) :   Non copyleft ; Licence très permissive; aussi appelé licence X11, elle est compatible GNU GPL.
  • BSD (Berkeley Software Distribution) : Non copyleft  ;  Licence permissive, avec un minimum de restrictions; Ne pas utiliser la licence BSD originale qui contenait une clause de publicité aujourd’hui retirée ; Compatible GPL. De multiples licences BSD ont vu le jour et sont aujourd’hui plus populaires, comme la licence Apache
  • Artistic :  Non copyleft  ; C’est la licence de la communauté Perl ;  Compatible GNU GPL;  à n’utiliser que la version 2
  • Apache : Non copyleft; Elle a été écrite par l’Apache Software Foundation, qui l’applique à tous les logiciels qu’elle publie, elle est aujourd’hui très populaire. Elle est permissive ; Compatible avec la licence GNU GPLv3
  • CeCILL (CEA CNRS INRIA logiciel libre) : Copyleft ; Licence peu connue hors de France, c’est la transposition en français de la GNU GPL, elle a été complétée par la CeCILL-B, de la famille BSD et CeCILL-L (proche LGPL)

Une fois ce point primordial traité, regardons maintenant les raisons d’utiliser ou non les logiciels open-source.

Les fausses bonnes raisons d’utiliser l’open sources

Si vous utilisez abondamment des logiciels open-source, il est probable que cela soit à cause de l’une des raisons suivantes.

  • Il est gratuit ; à la différence des logiciels propriétaires le logiciel open source n’a pas de coût de licence d’utilisation, ce qui permet de faire de réelle économie notamment lorsque le logiciel est dupliqué sur plusieurs milliers d’équipements. Certes mais le coût de support du logiciel n’est pas inclut. Il faut donc disposer de ressources techniques humaines compétentes pour installer, s’approprier le logiciel et le mettre à jour. Le fait que certain logiciel open-source dispose que de très peu de document implique qu’ils devront être formés avant d’opérer la migration. La formation des utilisateurs doivent être également prise en compte dans ces coûts. Ce facteur coût humain ainsi que la maitrise du logiciel sont souvent négligés lors de l’utilisation de l’open source.
  • Il est personnalisable ; disposer du code source ouvert permet de personnaliser le logiciel en fonction de ses besoins. Mais attention à la licence: modifier un logiciel avec la clause copyleft (voir paragraphe sur le licence) implique obligatoirement que les sources du logiciel doivent être redistribués à la communauté. De plus la encore il faut disposer de ressources humaines capable de modifier ces sources.
  • Il est indépendant vis-à-vis d’un éditeur; Les évolutions d’un logiciel open-source dépendent d’une communauté de développeurs qui pousse vers de meilleurs fonctionnalités et non pas d’un éditeur unique qui aurait des intérêts plus commerciaux. Certes, mais l’inverse est vrai aussi: les intérêts de la communautés ne vont pas forcement dans le même sens que ceux de l’entreprise utilisatrice et pire, elle peut arrêter le projet. Il est donc indispensable de vérifier la pérennité et les mises à jour du logiciel. De nombreuse projets open-source se sont arrêtés pour diverses raisons, ce qui implique un changement forcé du logiciel open-source au sein de l’entreprise avec ces coûts associés. Le choix du logiciel open-source et sa pérennité est donc primordiale.

Les fausses bonnes raisons de ne pas utiliser l’open sources

A l’inverse si vous n’utilisez encore de logiciels open-source, il est probable que cela soit à cause de l’une des raisons suivantes.

  • Nous avons besoin de support pour nos logiciels: la plupart des logiciels propriétaires inclut le support technique et une documentation de l’éditeur, tandis que les entreprises facturent ces services pour l’open source, ou ne dispose que de très peu de documentation. Mais le fait que le code soit ouvert rend plus facile à apprendre à l’utiliser par les ressources techniques. Un des grands avantages de l’open source est que tant que vous avez quelqu’un avec le savoir-faire, vous pouvez personnaliser complètement le logiciel à vos besoins. Cependant vous aurez besoin de quelqu’un pour savoir comment utiliser le logiciel open source. Une autre raison est que ce type de logiciel a la réputation d’être relativement inaccessible pour l’utilisateur moyen. Contrairement à un logiciel propriétaire, qui est testé intensivement pour sa convivialité, le logiciel open source est souvent écrit par et pour les professionnels de l’informatique. Le choix d’un logiciel à bon escient, avec une documentation conséquente, permet d’éliminer ce problème potentiel.
  • Il porte atteinte à la propriété intellectuelle: La propriété intellectuelle d’un logiciel peut être négocier avec les entreprises propriétaires de logiciels, ce qui n’est pas possible avec des entreprises de l’open source. De plus, les règles qui régissent la propriété intellectuelle de l’open source sont complexes (voir le paragraphe sur la licence au dessus). Une lecture appropriée des termes de la licence permet d’atténuer le risque de commettre une violation de propriété intellectuelle.
  • Il n’est pas fiable: Souvent, sans direction forte, la communauté open source doit identifier et fournir des solutions pour les erreurs avec le logiciel. Cela conduit certains à craindre que les problèmes ne soient pas corrigés, par rapport aux logiciels traditionnels, qui a centralisé la gestion et une équipe de développeurs de résoudre tous les problèmes. En réalité, le contraire est vrai. À plusieurs reprises, des problèmes avec l’open source sont rapidement résolues grâce au travail des membres de la communauté, alors qu’avec un éditeur de logiciels propriétaires, les erreurs jugés non bloquantes ou mineur ne sont corrigés alors qu’elles peuvent être gênantes pour l’utilisateur.
  • Il n’est pas sécurisé; C’est la plus grande inquiétude que les utilisateurs expriment au sujet de l’open source: puisque le code est ouvert, tout opportuniste peut identifier et d’exploiter le programme par un piratage et des virus. Alors que les entreprises de logiciels propriétaires ont des membres de l’équipe dédiée à assurer la sécurité de leur logiciel. Or on a vu ces dernières années que ce cas n’est pas fondé, bien au contraire: le fait que le code soit ouvert permet à chacun d' »auditer » le contenu du logiciel pour identifier les causes potentielles de violations de la sécurité, évaluer le niveau de risque avant de l’utiliser,  et les traiter immédiatement. L’inverse n’est pas vrai: un  logiciel propriétaire reste obscure et peut faire apparaître des failles de sécurité sans que personne ne s’en rende compte.

Les vrais bonnes raisons d’utiliser l’open sources

  • Un investissement ciblé : L’entreprise investit dans l’intégration et le développement d’une solution spécifique à son cœur de métier. Les logiciels open source sont des briques techniques qui peuvent être utilisées et paramétrées pour un métier donné. Ils sont intégrés dans un système d’information qui est propre aux utilisateurs et au métier de l’entreprise. Il n’est pas nécessaire non plus pour une entreprise de réinventer la roue pour  une brique technique, il y a forcement un logiciel open source adapté pour cette brique. L’entreprise ne se concentre donc que sur son métier. Il est bien évident qu’elle doit néanmoins investir dans l’intégration de ces briques dans son système.
  • Utilisation de  standards ouverts : le respect des standards ouverts assure à l’entreprise la pérennité de ses applications et favorise l’inter-opérabilité des systèmes dans l’entreprise et avec ses partenaires.

Les préoccupations des entreprises face à l’open source ne sont pas totalement infondées, mais cela peut être atténué par une compréhension du logiciel en question. Dans de nombreux cas, l’utilisation de ce type de logiciel aide les entreprises à mieux comprendre ses besoins, et par ce bais d’économiser de l’argent tout en obtenant un produit qui est mieux adapté. Une fois que l’entreprise apprend à utiliser les logiciels open source – et comment atténuer certains des risques qui lui sont associés –  ils peuvent en tirer de grands avantages.

L’état français s’y intéresse de très prêt et publie régulièrement une liste des logiciels open source qui sont utilisés et recommandés dans son propre système d’information. Quand l’état donne l’exemple, profitons en !

Références:

Publicités

Une réflexion au sujet de « Pourquoi l’Open Source? »

  1. Ping : Un bureau virtuel, pour quoi faire ? | Frédéric HARDY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s